Informations

Gaza, le miroir de nos propres failles !

By 2 novembre 2023 No Comments

Un cercle vicieux se met en place

Au départ …

Avant la création d’Israël en 1948, parmi les futurs premiers ministres, Begin et Shamir organisent des attentats contre les Palestiniens et les mandataires britanniques. A deux reprises, Shamir est jeté en prison pour terrorisme, en 1941 puis en 1946. En effet, pour accélérer le flux des juifs vers la Palestine, les organisations sionistes de la Haganah, de l’Irgoun, du et du Stern (Lehi) procèdent à des attentats notamment contre leurs propres coreligionnaires. Cela fait partir les juifs de leurs propres pays, le Maroc, l’Egypte etc. A part leur judaïté, ces derniers appelés sépharades n’ont aucun point commun avec les ashkénazes venus d’Europe. Peu importe, les militants sionistes cherchent à gonfler la démographie juive aux dépens des autres. Le 9 avril 1948 le massacre de Deir Yassin couronne un terrorisme de masse qui déclenche la fuite de centaines de milliers de palestiniens. Ces derniers se dirigent dans des camps de réfugiés mis en place par l’UNRWA, l’office de l’ONU, en Cisjordanie, au Liban et à Gaza.

Les soulèvements et les guerres se succèdent.

Ils accouchent de nouveaux réfugiés, de malheurs et de désespoir.

L’horizon se bouche pour tous.

Et …

A son tour, la résistance palestinienne, endosse l’habit de la terreur. Elle commence par des escarmouches dans les années 60 puis par les détournements d’avions dans les années 70. Cette résistance au départ laïque et démocratique s’écrase dans la fin des années 80’ devant un mouvement islamiste puissant, le Hamas. Ref Avi Primor,  Israël facilite la création du Hamas. Il s’agit de briser le projet palestinien laïque porté par le Fatah. La résistance est défigurée. Elle aboutit ce 7 octobre 2023 à des massacres, à un Bataclan puissance 10 dans les kibboutz et la Rave Party festive. Cette dernière a lieu à portée de main de la prison à ciel ouvert de Gaza. Cette Party montre l’écart abyssal entre l’insouciance de la jeunesse israélienne et la déchéance palestinienne.

  • L’insouciance de la jeunesse israélienne est le résultat du déni du fait palestinien par l’état d’Israël.

  • La déchéance palestinienne est le résultat du déni du fait palestinien par sa propre corruption, son islamisation fanatique et par la faillite morale du monde arabe.

Malgré la tentative de Rabin 1er ministre israélien assassiné le 4 novembre 1995 par un extrémiste juif, Israël se condamne à la guerre perpétuelle. Cela revient à une autodestruction programmée.

Le bilan

Le cycle infernal semble irréversible.

A Gaza ou en entreprise, des attitudes du même type conduisent à la faillite de l’humanité.

Comment en sortir ?

Cinq septuagénaires proposent, un autre point de vue, une démarche opérationnelle.

A suivre …

Leave a Reply

S'abonner
Soyez toujours informé
des nouveautés